Théorie des âges

Planètes rapides

Les étapes de la première enfance mettent en relief la vie digestive, la psychologie primaire dominée par un Moi non-structuré. De la Lune à Mars nous aurons les durées types ci-après :

    • Lune (27j.) – Dépendance pure, réceptivité, fragilité, sensorialité, incoordination, vie végétative.
    • Mercure (88j.) – Jeu, curiosité, imitation, éveil de l’attention..
    • Vénus (225j.) – Sympathies, réactions plaisir-déplaisir, sensualité et attachements plus différenciés qu ’au stade lunaire.
    • Mars (1 an 322 j.) – L’indépendance motrice, les heurts, l’activité brute (méthode essais et erreurs). A ce stade l’enfant affronte la réalité sur un mode de conquête agressive.

Graphique des cycles et aspects formés par les planètes rapides de la naissance à 3 ans

Les planètes lentes

Les durées de Jupiter, Saturne, Uranus s’intègrent dans la vie consciente, dans le déroulement du destin social. Uranus (84 ans) est le cycle critique de l’homme, le seul grand cycle qu’il ait actuellement quelque chance de vivre et de dépasser légèrement. Des significations d’individualisation, de tension et de surconscience en découlent. Etant donné leur ordre de grandeur on peut distinguer pour chaque cycle une phase de tension (de la conjonction à l’opposition) et une phase de détente (de l’opposition à la conjonction).

      • Jupiter (env. 11,8 ans) – Phase de 2 ans (fin du 1er cycle de Mars) à 6 ans environ (durée du demi-cycle de Jupiter) : Formation du Moi. Problèmes de relation avec l’autorité. Problèmes concernant le caractère, les manifestations actives. Expérimentation des rapports de force et des hiérarchies naturelles. Acquisition du Moi et du Je. Phase involutive : de 6 ans à 12 ans : Age de raison selon la tradition. Réflexion. Stade des intérêts objectifs, première personnalisation. Acquisition d’une grande capacité de coordination et de construction. Première volonté de réussite. Intégration à un groupe extra-familial sans que la famille perde son influence. Harmonisation de l’imaginaire et du réel, de l’objectif et du subjectif.
      • Saturne (env. 29,5 ans) – Phase de tension manifeste de 12 ans (fin du cycle de Jupiter) à 15 ans (durée du demi-cycle Saturnien) : Crise de transformation. Stade de différentiation. Changements « verticaux » : poussée en longueur, disproportions, fonctionnement glandulaire anarchique. Hyper-activité testiculaire ou ovarienne mais à des fins d’auto-construction. Ambivalence générale, boulimie suivie d’inappétence. Stade des contradictions flagrantes. Premiers conflits abstraits. Hypersensibilité, dureté, absolutisme. Phase involutive : de 15 ans à 30 ans : Achèvement de croissance physique (la décroissance du métabolisme de base commencerait vers 16 ans) : L’évolution va vers la fixation des formes, la poussée verticale cesse, la poussée psychologique prend la relève. Nous sommes dans la petite enfance de l’amour. problèmes de coordination sexualité-sentimentalité. Problème des attachements électifs, des fixations, des amitiés. Exaltation et mélancolie. Détresse secrète résultant des sentiments d’incompréhension, des heurts, du refoulement de la volonté de puissance. Après l’adolescence, l’évolution entre dans une phase d’indépendance sociale, d’individuation fragile, de prise de responsabilité. Les forces vont vers l’équilibre, vers la régularité, l’ordre, l’unité. L’affectivité se dépouille, s’épure et se détache davantage de l’intellect. Le temps Saturnien (adolescence notamment) peut décider de toute l’existence.
      • Uranus (env. 84 ans) – Phase de tension (fin du premier cycle Saturnien) à 42 ans (fin de la demi-période Uranienne). Années-test pour l’intégration sociale, pour l’ambition, pour le rôle personnel dans le concert collectif. Problèmes d’efficacité, d’organisation, de compétition. La concurrence vitale passe par les codes et législatures. Années des conquêtes objectives, de la dynamique intellectuelle. Phase involutive : de 42 ans à 84 ans : Cette phase va de l’équilibre à la destruction. du sommet au tombeau. au sommet nous aurons l’harmonisation action-esprit. L’âge du « maître » la systématisation du métier de l’homme. Années-test du pouvoir de création. L’individu y donne son maximum. La pente décroissante marque ensuite les abandons successifs de l’instinct, le dépouillement physiologique, tandis que la cérébralité s’ouvre théoriquement à des synthèse plus vastes. S’il y a des potentiels spirituels, leur moment de floraison est venu.

Les durées de Neptune (164 ans) et Pluton (249 ans) sortent du cadre de la vie individuelle. Elles concerneront des processus collectifs ou des rythmes imparfaitement intégrés et qui se manifesteront par leurs irruptions, autant que par une participation indirecte à la vie consciente.

    • Neptune (env. 164,7 ans) par exemple, représente l’irrationnel, tout ce qu’une forme peut contenir, une technique définir. On lui attribue aussi « les pressentiments », l’expérience mystique, l’inspiration, les sentiments de solidarité collective (on imagine ce que donnera une conjonction Lune-Neptune en fait d’ouverture à l’inconscient).
    • Pluton (env. 248,4 ans) non seulement ne s’intègre pas, mais il est le revers de la médaille, l’inévitable contrepartie. Les astrologue considèrent évidemment ses irruptions comme des catastrophes : il inverserait les structures établies… C’est le détail pernicieux qui rend vain le plus beau système, l’indigeste minute de vérité ou la différence qui passer de passer de Newton à Einstein. Le mécanisme de sur-différenciation domine généralement la psychologie du Plutonien.

Graphique des cycles et aspects formés par les planètes lentes de la naissance à 100 ans

Le thème d’âge

La Théorie des âges nous enseigne que chaque stade du développement de l’être est en phase avec un cycle planétaire spécifique. Par conséquent, il est aussi possible de prévoir les échéances de l’évolution humaine et individuelle en étudiant les cycles planétaires à venir.

Ces structures cycliques peuvent être représentées sous une forme graphique plus pratique pour l’astrologue : le thème d’âge.

Sa construction est simple : on trace un point de repère sur la circonférence d’une cercle et qui sera considéré comme le point de départ de tous les cycles planétaires à la naissance du sujet. Puis pour chaque âge que l’on souhaite étudier, on reporte sur la circonférence du cercle la position de chaque planète. Cette position est égale à la différence en degrés entre la position natale et la position à l’âge étudié. Par exemple : Si Uranus était à 15° Bélier à la naissance et qu’il est à 18° Balance à 42 ans : la différence est de 183° : on inscrit donc Uranus à 183° du point de départ convenu sur le cercle (voir le thème d’âge ci-dessous).

Pour simplifier, on peut monter un thème d’âge, sans éphémérides, à partir d’un rapide calcul d’après la durée de révolution sidérale de chaque planète. Par exemple : Uranus dont la durée de révolution sidérale est de 84 ans est à environ 180° de sa position natale à 42 ans (moitié de son cycle). Réalisés d’après la durée moyenne des cycles planétaires, ces calculs sont toutefois approximatifs pour les planètes à forte excentricité orbitale (Pluton). Dans la mesure du possible, l’utilisation d’éphémérides est recommandée car elle apporte une précision utile et individualise ainsi le thème d’âge. Le logiciel Azimut35 de Patrick LE GUEN offre la possibilité de calcul du thème d’âge moyen et des intercycles planétaires moyens.

Très intéressant alors, on voit apparaître des aspects entre les planètes. Ceux-ci étant représentatifs de certains âges de la vie, on les appelle « aspects d’âge« . Le thème d’âge permet ainsi de déceler les temps forts de l’évolution humaine.

Thème d’âge des 42 ans d’un natif du 15/08/1957 (soit 15340 jours écoulés à la date du 15/08/1999)

Commentaires :

Ici, Uranus en opposition à sa position natale tandis qu’il forme (au 15/08/1999) un trigone à Pluton et un carré à Neptune. Le natif aborde donc la phase involutive du cycle d’Uranus (demi-cycle final) : il prend conscience du chemin parcouru et entend bien jouer ce qu’il pense être sa dernière carte pour réaliser ses aspirations profondes, d’où les remises en question, les changements, les décisions déterminées voire les volte-faces ou « quitte ou double » parfois délicats…

www.000webhost.com